La première greffe de tête inquiète les scientifiques

Dans le monde médical, les premières transplantations ont toujours créé la polémique. Deux chirurgiens ont pourtant décidé de relever un défi technique et moral de taille en plaçant une tête humaine sur le corps d’un donneur décédé.

 

Les progrès en neurochirurgie ont été considérables ces dernières années et chez les scientifiques, il y a toujours eu des pionniers passionnés par leur domaine d’étude. Peut-être parfois un peu trop, en faisant fi de la déontologie. En cette fin d’année, nous verrons les résultats de la première greffe de tête entre deux êtres humains. Le russe nommé Valery Spiridonov est un homme handicapé atteint d’une maladie congénitale et il s’est porté volontaire pour être le cobaye de ce pari osé.

Les chirurgiens Ren Xiaoping et Sergio Canavero ont la lourde tâche de mener à bien l’opération qui crée la controverse. Il faut prendre en compte des dizaines de paramètres, comme la connexion des nerfs et des vaisseaux sanguins. Il ne faut pas non plus que le patient rejette son hôte avec d’éventuels problèmes de compatibilité des tissus organiques. Il faut dire que les autres chercheurs voient ça d’un mauvais oeil.

Ce qui inquiète le plus est le fait qu’il n’y a jamais eu de précédent et personne n’est sûr à 100 % de l’issue de la démarche.